Le programme grec de “renflouement”: un échec colossal

0
152

Par Dimitris Konstantakopoulos
05/29/2020 

Deuxième de trois articles (Lire la première partie ici)

Si nous jugeons le programme grec non pas sur la base de nos propres critères, mais sur la base des objectifs qu’ il s’est fixé lui meme et de ses prévisions, nous pouvons dire, sans risque de se tromper, qu’il s’agit d’un échec gigantesque, de loin le plus important dans l’histoire des principales institutions économiques occidentales, comme le FMI, l’UE et la BCE.

 À l’avenir, tout manuel d’économie dans le monde commencera par un chapitre intitulé “Le programme de sauvetage grec” : Ce que les économistes ne doivent faire dans aucun pays”.

 Le programme grec a été lancé, soi-disant, pour aider la Grèce à faire face à une situation où les “marchés” (la finance internationale) refusaient de lui prêter, sa dette énorme étant considérée comme insoutenable.

 En 2010, lorsque le programme a été lancé, la dette souveraine grecque représentait 129 % du PIB. Aujourd’hui, elle est supérieure à 185%. (Après le Coronavirus, elle sera probablement de plus de 200%).

 Le programme de sauvetage n’a pas seulement échoué à résoudre le problème de la dette souveraine, il a ajouté à cela le problème tout aussi important d’une énorme dette privée, créée à la suite des mesures de la troïka (BCE, UE, FMI). En 2010, les prêts non remboursés aux banques étaient insignifiants. Aujourd’hui, près de la moitié des prêts ne le sont pas.

 En 2010, les banques grecques avaient environ 220-240 milliards d’euros de dépôts. Aujourd’hui, elles ne sont plus grecques et disposent de la moitié de cette somme.

 En 2010, la Grèce était dans une position beaucoup plus puissante vis-à-vis de ses prêteurs, qui étaient des banques et des fonds privés. Sa dette était réglementée par la loi grecque et son parlement national. Les litiges liés à la dette étaient du ressort des tribunaux grecs. La dette grecque était libellée en monnaie nationale grecque, donc si la Grèce quittait la zone euro, la dette serait sous-évaluée autant que la nouvelle monnaie nationale grecque introduite.

 Maintenant que la dette est détenue par les États et les institutions internationales et régie par le droit colonial britannique, tous les biens publics grecs sont devenus une hypothèque au service de la dette, sa protection constitutionnelle étant levée. Les litiges liés à la dette sont du ressort des tribunaux étrangers et elle est libellée en euros.

 La restructuration de la dette grecque (PSI, 2011-12), a été la première dans l’histoire entreprise contre les intérêts du pays débiteur ! Elle a modifié le statut juridique de la dette, tout en réduisant les réserves des fonds de pension, des hôpitaux, des universités, etc.

 Le pays a connu une récession trois fois plus importante que ce que le FMI et l’UE avaient prévu, sans parler des prévisions du ministre grec des finances de l’époque qui parlait déjà de croissance d’ici 2012. C’est pourquoi nous avons déclaré que ce programme était un échec colossal, même selon ses propres termes.

 Le FMI, les gouvernements européens, l’UE et la BCE utilisent les services de certains des meilleurs économistes du monde. Comment a-t-il été possible de faire une “erreur” aussi énorme ? Si c’était vraiment une erreur, pourquoi ne l’ont-ils pas corrigée et pourquoi ne l’ont-ils pas encore fait ?

 C’est ce qui nous donne le droit de nous demander si ce programme était une erreur ou, plutôt, et dès le début, un programme destiné à atteindre un tel résultat. Le représentant du FMI en Grèce, le Danois Paul Thomsen, une sorte de tueur à gages économique et une personnalité sadique comme la plupart des personnes qui traitaient avec la Grèce au nom des organisations internationales, a révélé les objectifs cachés du programme lorsqu’il a déclaré que les salaires grecs devaient se situer quelque part entre les Portugais et les Bulgares.

Lire la suite http://www.defenddemocracy.press/le-programme-grec-de-renflouement-un-echec-colossal/